Julie, 40 ans Bruxelles

J’ai toujours aimé le rangement et les trucs et astuces qui y sont liés. Mais après 8 déménagements dans 3 pays différents en 5 ans, un mariage, l’arrivée de deux enfants et l’arrêt de mon activité professionnelle, je ne trouvais plus de solutions efficaces pour aménager la maison judicieusement.

D’une part j’ai éprouvé le besoin de me sentir vraiment chez moi et d’y voir plus clair dans l’organisation générale de la maison.

D’autre part je souhaitais trouver une méthode efficace, rapide et simple pour mieux gérer le temps consacré à la maison et donc mieux profiter de ma famille.

Et je cherchais aussi à aménager un espace pour intégrer mon activité couture dans le salon, faute d’avoir une pièce supplémentaire.

Par dessus tout, et parce que j’étais en mal d’activité professionnelle, j’aimais beaucoup l’idée de « gérer ma maison comme une entreprise ».

Mais pour cela il me manquait quelques outils et toute seule je tournais toutes mes idées en rond dans ma tête sans rien changer sur le plan pratique et je restais donc au point mort.

Ayant vécu au Canada j’avais déjà entendu parlé du « Home Organizing », « Home Management » et « Office Organizing ». Je trouvais déjà cela super mais n’avais pas eu l’occasion de tenter l’aventure.

Installée à présent en Belgique, j’ai lu un matin dans la presse (Femmes d’Aujourd’hui je crois) un article sur le Home Organizing où étaient mentionnées les coordonnées d’Elodie Wery. J’ai aussitôt décidé de la contacter.

Après un premier contact par mail nous avons convenu d’un RV chez moi.

Pendant l’entrevue nous avons fait l’état des lieux (visite de chaque pièce) et nous avons discuté de mes besoins, de mes attentes et des solutions pratiques qu’Elodie Wery pourraient m’apporter. Peu de temps après j’ai reçu par mail un compte-rendu ultra détaillé de mon habitation avec des conseils concrets et une proposition commerciale.

Dans mon cas il s’agissait de 4 missions de 4 heures. J’ai été conquise dès cette première étape : rassurée de rencontrer Elodie Wery lors d’un entretien en face à face (personne charmante, consciencieuse et bienveillante) et satisfaite du sérieux avec lequel le compte-rendu avait été rédigé. J’ai donc accepté l’offre sans hésitation et nous avons trouvé une date pour la 1ère mission.

Nous avions décidé pour la 1ère mission de ranger un grand meuble à cases (genre meuble fourre-tout) dans lequel étaient entreposés des livres, des boîtes, des papiers administratifs, la sono et plein d’autres choses … Finalement nous avons commencé par la rangée des papiers administratifs et oh surprise… je pensais qu’ils étaient relativement bien triés et n’avais pas l’intention d’y toucher à part pour les changer de place…

Elodie m’a montré comment je pouvais désencombrer ces boîtes remplies de documents; nous avons pris chaque papier 1 par 1 et nous avons fait des piles et nous avons rempli des sacs et nous avons fini par vider 4 ou 5 sacs poubelles de papiers qui ne servaient plus à rien !!! et surtout nous avons redistribué ceux qui étaient à garder grâce à un classement beaucoup plus logique, simple et efficace.

Je me suis sentie tellement légère après cette mission ! J’ai eu le sentiment de reprendre le dessus sur toutes ces choses qui nous encombrent l’espace et la tête (car même cachés au fond d’un meuble on sait bien dans notre tête qu’il y a des choses dans ce fichu fond du meuble!). Tout était enfin trié et ce qui restait était uniquement de l’utile!

L’équation m’est apparue évidente : Vider son armoire = se vider la tête. Nous avions fait tout cela un un temps limité grâce au principe de la « mission » (ici 4 heures) alors que toute seule j’aurais traîné cela pendant des jours. Cela m’a donné fortement envie de continuer.

S’en sont suivies 3 autres missions : « l’espace salon/couture/bureau/jeux des enfants/TV », « la cuisine/cagibi » et « la chambre des enfants/salle de bain ».

Quand mon grand garçon de 4 ans est rentré et a remarqué les changements dans le salon et dans sa chambre essentiellement il m’a tout de suite dit « wouah, maman c’est génial comme ça ! », mon mari a lui aussi trouvé les améliorations judicieuses.

Ce qui est étonnant dans ce travail c’est de se rendre compte à quel point nous investissons les objets et même certains papiers sur le plan émotionnel. Ce n’est pas facile de se défaire de certaines choses quand bien même nous savons qu’elles ne nous apportent plus grand chose à part de l’encombrement. Mais cela fait tellement de bien d’alléger son environnement proche. C’est le meilleur moyen pour aller de l’avant !

Heureusement Elodie m’avait prévenu de la méthode utilisée car il y a une étape qui peut faire un peu peur, celle qui consiste à « vider » avant de trier et ranger ! Tout est alors étalé par terre ou sur une table ou les deux selon la quantité accumulée ! C’est très efficace, on réalise bien tout ce que l’on possède,  et c’est finalement cela qui fait peur !

Je retiens de cette expérience qu’il est très facile et surtout très rapide de se laisser submerger, à moins d’avoir une bonne méthode de tri. L’organisation est aussi la clé pour se faciliter la vie. Le travail de fond effectué pendant les missions m’a aidé à y voir plus clair et à me motiver pour garder des réflexes de rangement quotidiens comme des automatismes. Cela peut paraître fastidieux au départ mais c’est tout le contraire à l’arrivée.

Je garde en tête un dicton d’Elodie Wery parce qu’il me parle bien : « une place pour chaque chose et chaque chose à sa place ». Quand je range j’essaie donc de ne pas mettre un objet à une place qui ne lui correspond pas et si je ne lui trouve pas de place alors je me pose la question cruciale « ai-je vraiment besoin de cet objet ? ». Aussi pour m’aider à trier des vêtement je me demande « depuis combien de temps ne l’ai-je pas porté? » J’applique également un autre principe pour ma garde-robe, celui de n’y ranger que les vêtement que je peux porter actuellement (taille et saison sont mes critères de base).

Autre conseil à retenir : garder dans la mesure du possible 30 % de son espace de rangement libre, car la vie ne s’arrête pas après un rangement, et l’on va certainement devoir trouver de la place pour de nouvelles choses, à moins qu’on applique un autre conseil : une chose qui rentre = une chose qui sort !

J’ai apprécié qu’Elodie connaisse tout un réseau de redistribution des objets ou des vêtements dont je souhaitais me séparer. Cela aide de savoir qu’ils auront une autre vie et qu’ils seront plus utiles à d’autres personnes.

Faire appel à un Home Organiser a évidemment un coût non négligeable. Mais je suis convaincue que cela engendre des économies par ailleurs. On s’aperçoit ainsi qu’on a racheté une chose qu’on ne pensait pas ou plus avoir et finalement on l’a en double (voir en triple!). On pense autrement l’achat, on réfléchit mieux à sa propre consommation dans un monde où la surconsommation est reine. Il ne s’agit pas de ne plus rien avoir chez soi, mais d’avoir ce dont on a vraiment besoin pour vivre plus en harmonie avec les siens et avec ses biens!

Par ailleurs j’ai trouvé que ranger en « équipe » avec une personne passionnée par cette activité et non pas toute seule créait une dynamique positive. C’était très plaisant et agréable, tout le contraire d’une corvée!

Retour aux témoignages