Myrna, 48 ans, Uccle

Un jour en lisant un article dans un magazine sur le Home Organising, j’ai eu un déclic.

Mon problème, c’est que j’avais accumulé tant de choses que je ne savais plus par où commencer ni comment procéder.

Trop de souvenirs de ma mère et ma sœur, décédées toutes les deux, trop d’attachement émotionnel.

Je vivais constamment dans leur souvenir, qui non seulement me faisait mal, mais aussi encombrait mon espace au quotidien.

Cela faisait des années que je voulais me débarrasser de plein de choses mais je savais que je n’y arriverais pas toute seule.

J’ai pris mon téléphone sans tarder et au bout du fil j’avais la voix d’une jeune fille pleine d’énergie et d’enthousiasme.

A notre première rencontre, Elodie, sans me bousculer ou m’imposer quoi que ce soit, m’a demandé de faire une liste de mes priorités, de mes envies, en un mot mon but dans cette démarche.

Je me suis sentie soulagée, légère, car elle était à l’écoute et je savais qu’avec elle on allait faire du bon boulot.

Effectivement Elodie est très méthodique, précise et professionnelle,  elle pose les bonnes questions pour aider à déterminer ce dont on a besoin ( trier, garder, jeter, donner )
En 4 séances, j’avais fait le grand ménage dans ma cuisine, ma salle de bain, ma chambre, mes vêtements et les affaires personnelles de ma mère et ma sœur. Tout ceci dans une bonne ambiance.

Cela m’a encouragée à déménager car je voyais plus clair. C’était un nouveau départ.

Maintenant dans mon nouvel appartement, je ne garde plus rien qui m’encombre, des que je n’utilise plus ou ne porte plus un vêtement, je le donne.

Mon futur projet avec Elodie, c’est de vider la grande maison de mon père, où il y habite encore depuis plus de 40 ans. Je sais que cela va être un énorme challenge mais avec son aide, je suis rassurée et zen.

De plus Elodie connait beaucoup d’organisations qui prennent ou rachètent des objets, elle fait tout le travail minutieux de recherche à notre place, on gagne un temps précieux.

Je te remercie Elodie car sans toi je serais sûrement au même stade.

Retour aux témoignages