Une prise de conscience qui remue!

À quoi bon tant dépenser pour payer toutes ces choses qui m’encombraient tant ?

Pourquoi laisser tout cet argent dormant chez moi et ne pas me mettre à revendre ?

Ne pouvais-je pas acheter ce dont j’avais vraiment besoin dans d’autres circuits que celui classique du grand magasin ?

Etait-ce vraiment nécessaire de repasser les vêtements des enfants ?

Combien d’objets dans la maison avais-je en double ou en triple ?

Et me souvenais-je de la dernière fois que je les avais utilisés ?

Combien de cintres devrais-je encore acheter pour suspendre cet amas de vêtements grandissant?

Quelle valeur avait pour moi ce vase hérité de mes grands-parents ?

Et était-ce vraiment important de garder ce plat à asperges alors que je déteste ça ?

Comment avais-je pu consacrer si peu de temps à mon habitation alors qu’elle était au coeur de ma vie, de mon couple, de mes relations, de mes projets.

Fuir ma maison sensée m’aider à fuir la pression extérieure. Cela avait-il un sens ?

J’ai poursuivi cette réflexion toute seule dans les heures qui ont suivies.

Je passais des heures sur Internet et passais très régulièrement des commandes en ligne.

Je prenais en même temps conscience du côté extrêmement chronophage d’Internet et des réseaux sociaux.

Même avec 39 de fièvre, couchée dans mon canapé, je pouvais commander cette paire de basket et me la faire livrer devant la porte le lendemain matin !

Mais au fond, ne pouvait-on peut gagner de l’argent en réduisant ses besoins ?

Merveilleux ! Je ne devais donc pas trouver le moyen de gagner plus d’argent mais le moyen d’en dépenser moins !

J’ai observé mes amies, mes soeurs, mes voisines continuellement occupées par des activités extérieures, des restos, des soirées au cinéma, des cours de cuisine et d’art floral, des stages pour les enfants, des activités sportives,…

Je les ai entendues se plaindre de courir tout le temps et de ne plus trouver la place pour stocker tout le matériel nécessaire à ces pratiques sportives, créatives ou culturelles.

Ne peut-on pas récupérer du temps, de l’espace, de l’énergie et de l’argent simplement en refusant des activités ?

Depuis des années, la société de loisirs dans laquelle je vivais me faisait perdre un temps dingue, me mettait une pression énorme et exigeait un maximum de place pour stocker. M’obligeant ainsi à agrandir ma maison en contractant un nouvel emprunt…

Le comble de l’absurdité…

Retour aux articles